lundi 23 mai 2011

Les pommes de terre nouvelles de l'Ile de Ré

Elles sont ravissantes bien pelotonnées dans leur caissette en bois qui les protège, c'est la Rolls-Roy des pommes de terre. Leur saveur est unique, goût de mer et de noisette, sucrée comme celle des petits pois frais.
Elles sont délicates, fragiles c'est pourquoi elles sont vendues dans leur caissette spéciale pour les protéger des chocs, on les trouve seulement en Mai et Juin, et cette année elles sont particulièrement délicieuses.
Leur prix bien sur est en fonction : 6,90 euros les 1500 g, une petite folie.
Pour les faire cuire c'est aussi toute une histoire, un traitement de douceur.
1 - On ne doit pas les éplucher la peau à son importance dans le goût de toute manière elle est hyper fine. Il suffit de les laver à l'eau froide et de les essuyer dans un beau torchon propre. On coupe les plus grosses en deux ou trois morceaux.
2 - Dans une poêle à fond épais on fait fondre à part égale du beurre et de l'huile d'olive vierge extra. Quand la matière grasse "chante" on verse les pommes de terre toutes en même temps, et tout de suite on les retourne délicatement pour bien les enrober, et aussitôt on baisse le feu.
3 - On laisse cuire les pommes de terre doucement, lentement, il faut donner du temps au temps, peu à peu elles prennent une belle couleur caramélisée, puis leur peau se ride, c'est difficile de donner un minutage, mais il faut les surveiller du coin de l'oeil, quand la fourchette pénètre bien, que l'intérieur fond dans la bouche, elles sont cuites.
4 - On les sale, de fleur de sel de Guérande mélangée à une pincée de piment d'Espelette.
Elles feront agréable compagnie à une belle côtelette de porc fermier et une salade de votre choix. Quelques feuilles de menthe ciselées apporteront leur fraîcheur.
Et quand vous les dégusterez, pensez à ces hommes et femmes de l'île de Ré qui ont bichonnés ces merveilles pour notre plus grand plaisir.
Je vous propose d'accompagner cette bonne assiette d'un verre de Buzet rosé.

Après cette dégustation asseyons nous sur le banc près de la maison pour siroter un bon café, et pour mes ami(es) crocheteurs et crocheteuses (oui oui certains hommes s'y mettent) rendez-vous dans la petite "Chronique des cigales" pour mon deuxième coussin...
Je vous souhaite une belle et douce soirée.

7 commentaires:

  1. je les adore et me fait ce plaisir de temps en plus ça me fait une belle caisse pour ma laine. Très belle association que ce rose et gris pour ton coussin

    RépondreSupprimer
  2. Ben si un jour j'ai la chance de déguster ces petites merveilles, je ne penserais pas aux hommes et aux femmes de l'Ile de Ré, mais plutôt à toi. C'est toi qui m'aura donner l'envie de les déguster, ta recette est décrite avec tellement d'attention et d'amour, un plaisir de la lire et la relire!

    RépondreSupprimer
  3. hummmje viends de te découvrir chez grannymania...je reviendrai ton univers má captivé !!!
    A beintôt !
    besitos andaluces

    RépondreSupprimer
  4. J'adore aussi, c'est bon le printemps !

    RépondreSupprimer
  5. J'aimerais bien y goûter à ces belles pommes de terre de l'Ile de Ré. Si un jour, il m'arrive d'en avoir un panier, je saurai exactement comment les faire cuire pour qu'elles donnent le meilleur d'elles-mêmes, grâce à toi, Canotte!
    Lou

    RépondreSupprimer
  6. Ah ! les petites pommes de terres nouvelle de Ré.
    Moi, je les lave soigneusement, les essuie et les coupe en deux dans la longueur.
    Je prends un grand plat que j'huile (olive) à la main et saupoudre de thym, de gros sel marin (Ré ou...) et de poivre concassé fin.
    Je pose mes demi-rates côté tranché sur l'huile et j'enfourne pour une bonne demi-heure (chacun juge)à four chaud (200°).
    C'est tout soufflé, un peu grillé (pas trop) et ça se mange comme une gourmandise.
    CAT =^..^=

    RépondreSupprimer

Vos remarques, vos petites visites, sont pour moi des rayons de soleil, merci pour cette douce chaleur.

Pounti auvergnat

Voici un plat traditionnel auvergnat. Plat paysan qui utilise les produits de la ferme et du jardin potager. On dit l'Auvergnat pingre ...